mercredi 17 septembre 2008

blogobistro

[Par Nicolas]

Que serait un blog sans bistro ? Que serait un bistro sans blog ?


Rien d'autre probablement et réciproquement qu'un blog ou un bistro… Pourquoi alors poser la question ? Parce qu'il faut des sujets pour alimenter les blogs et les conversations de bistro.

D'ailleurs de quoi parle-t-on le plus dans les blogs ? Des blogs… De quoi parle-t-on le plus dans les bistros ? Des bistros et de la cuite de la veille.

Pour le reste, les sujets sont les mêmes : le foot, la politique et le cul. Je me demande d'ailleurs si d'autres sujets sont possibles.


L'autre jour, dans le bistro, j'ai entamé une conversation avec trois blogueurs pochetrons à propos de l'évolution de la pensée poéticoappéritive dans la carrière littéraire de Julien Dray, la seule réponse que j'ai eue est, je cite de mémoire : « Heu, tu as vu la dame qui vient de passer dans la rue, elle avait de ces nichons ! ».


Sur un blog secret d'envergure internationale j'ai posé la même question appuyée d'une réflexion comparée sur l'évolution comparée de la pensée poéticoappéritive chez tous les quinquagénaires socialistes. J'ai eu un seul commentaire : « François Hollande a du poil dans les oreilles ».


Là ne s'arrête pas la comparaison entre les bistros. « Tiens ! Tu as vu Jojo, hier soir ! Le 15ème Ricard, hier soir, était de trop, c'était largement le plus saoul ». « Tiens ! Tu as vu Sarkofrance, ce mois-ci, il est en tête des blogueurs gauchistes du classement Wikio ».


Pareil pour l'audience. Qu'est-ce qui intéresse le blogueur ? Que son billet soit le plus lu. Par exemple, mon billet du jour fait la une du journal de Cozop parce que je parle de l'audience des blogs. Pareil pour les copains de bistro. Tout ce qui les intéresse c'est de savoir combien le gros Loïc a fait de bistros la veille.


C'est ainsi que dans un moment d'extrême lucidité, probablement après voir lu un billet de Giscard, j'ai décidé de fusionner mon blog et le bistro pour remplacer mon homonyme concurrent qui a déposé le bilan, provisoirement, j'espère. Je vais d'ailleurs établir les règles d'usage de mon blog. On appelle ça la « néthique » (pour « net étique »). En fait, on devrait appeler ça la « béthique » (pour bistro éthique ou blog éthique) car la béthique n'est jamais absente des bistros et des blogs.


La première règle est que les toilettes sont réservées aux consommateurs et aux commentateurs. Avant de pisser, il faut commenter. Point. Une règle est une règle. Tiens ! A propos de règle, il faut que je rajoute une poubelle dans mon blog sinon les gonzesses périodiques vont me boucher les toilettes.

Pendant que j'y pense… Il faut que j'installe des pissotières dans mon blog. J'en ai marre de tous ces trolls qui ne savent pas viser.


La deuxième règle est simple. Dans mon blogstro, il est formellement interdit d'insulter les consommatrices se mêlant à cor et à cri des conversations éparses.


La troisième règle est particulièrement sérieuse. Il est également interdit de réclamer la tournée du patron au sein d'un commentaire. La tournée du patron ne sera chaleureusement offerte qu'aux commentateurs sympathiques qui prendront soin à ne pas oublier la coutume : « on ne part pas sur la tournée du patron ».


La quatrième règle est rappelée pour le strict respect de la loi. Elle sera d'ailleurs affichée derrière la caisse comme il est d'usage par ce traditionnel écriteau : « Nous vous informons d'un changement de direction. Monsieur Marc Moissa est remplacé par Monsieur Jean Caisse ». Autrement dit, le blog ne fait plus crédit et n'accorde d'ailleurs aucun crédit aux contradicteurs.

Allez ! ON FERME ! A demain pour la nouvelle polécuite.

21 commentaires:

Nicolas a dit…

Excellent billet !

;-)

(j'avais oublié sa parution...)

Gaël a dit…

je proposerais la "bethyllique" mais bon excellent billet autrement !

Dorham a dit…

Mouhaha,
t'es grave mais je me suis marré quand même.
Heu, même à moi, tu me fais pas crédit alors même que j'excrois ton blogstro à la demande ?

C'est injuste, moi je dis ! (oh, une expression audinesque)

Mais ça marche, parfois quand je te lis, je sens que ma vue se trouble, que mes réflexes sont pourris...

(qu'as-tu prévu pour les voitures des belle-mères ?)

Nicolas a dit…

J'ai oublié...

balmeyer a dit…

Youpi billet !

Vive la béthique ! Et pas la bêtique.

martin a dit…

Un peu de politique certes, mais ni foot ni cul pour moi, je fais dans le sobre, ce qui ne m'empêche pas d'avoir envie de pisser, là, maintenant, tout de suite.
C'est par où ?... oui oui, j'vais tâcher de bien viser, on sait s'tenir
quand même !

Loïs de Murphy a dit…

Petit salut rapide, je suis toujours sans connexion Internet.
Flûte je vois que ton texte est paru chez le Fil à plomb mais je me connecte depuis un Cybercafé où bien sûr je n'utilise pas ma CB... Et m.rde !
Et bien sûr tu ne seras pas à Lauzerte !

Monsieur Poireau a dit…

Le problème est qu'il est difficile d'être bien au bistrot, l'ordi portable posé sur le bar, tout en profitant des invités présents ce jour-là.
Difficile, voire impossible à réaliser le live-blogging depuis la Comète !
(ou autre Amandine !)
:-)

[Bon texte !]

Filaplomb (éditeur) a dit…

Lois de Murphy : les commandes par courrier sont acceptes aussi ! :-)

Je commence à recevoir les premiers commentaires des premiers lecteurs et ça confirme ce que je pensais en la publiant : cette nouvelle est magnifique !

Audine a dit…

Oui j'ai beaucoup aimé la nouvelle de Zo et j'ai laissé un commentaire sur le site de Filaplomb.
Quant au billet de Nicolas, je dirais bien "je le trouve un tantinet hermétique" en guise de clin d'oeil, mais finalement non.
C'est comme d'hab, un billet tendre pour ses "croqués", drôle pour ses lecteurs, plein de vie, et qui lui ressemble, avec ses obsessions pour les liquides et les façons de les évacuer.

Nicolas a dit…

Audine,

Je t'aime ! Merci !

balmeyer a dit…

On ira, où tu voudras quand tu voudras...

balmeyer a dit…

...et on s'aimera encore, lorsque l'amouûur sera mort

Nicolas a dit…

Bal,

Tant qu'il reste à boire !

balmeyer a dit…

...toute la vie... sera pareille à ce matin
un lapin a tué un chasseur, c'était un lapin qui avait un fusil.

Nicolas a dit…

Zoridae,

Bordel, ton blog est envahi par des trolls alcooliques nostalgiques. Fais quelque chose.

Herman Speed a dit…

Je voulais en savoir plus sur les araignées, leur morphologie, leur mode de reproduction, comment les nourrir. Résultat, je sais ce qu'il faut leur donner à boire, apparemment, la zodariidae s'est faite bousculée par l'imposant céphalothorax de la pisauridae dont la toile ne cesse de s'étendre. Et bientôt elles boufferont des blogueurs. Faut pas nous prendre pour des cocons !

Dorham a dit…

"Tu sais, je n'ai jamais été aussi heureux que ce matin-là
Nous marchions sur une plage un peu comme celle-ci
C'était l'automne, un automne où il faisait beau
Une saison qui n'existe que dans le Nord de l'Amérique
Là-bas on l'appelle l'été indien
Mais c'était tout simplement le nôtre
Avec ta robe longue tu ressemblais
A une aquarelle de Marie Laurencin
Et je me souviens, je me souviens très bien
De ce que je t'ai dit ce matin-là
Il y a un an, y a un siècle, y a une éternité"

Rien de plus beau que ça...
tu ressemblais à une aquarelle de Marie Laurençin...pfffff...

Marie-Georges Profonde a dit…

Ah, c'était pas une aquarelle de Marie-Laure enceinte ?

Ou, comme dans la version de Guy Bedos :

Avec ton peignoir crasseux,
Tu ressemblais à une eau forte de Jérôme Bosch
Lorsqu'il se laissait aller à barbouiller n'importe quoi
Les soirs de déprime.

Faut que j'aille lire ce très beau billet.

Zoridae a dit…

Nicolas,

Oui !

Gaël,

Ok.

Dorham,

Ah bon ?

Nicolas,

La mémoire s'entretient !

Balmeyer,

Euh

Martin,

Merci de laisser les lieux dans l'état où vous souhaiteriez les trouver.

Loïs de Murphy,

Quel plaisir d'avoir des nouvelles :)) C'est long cette privation de connexion !

Pour la nouvelle chez Filaplomb, il t'a répondu un peu plus haut. A bientôt...

Monsieur Poireau,

Oui, n'est-ce pas ?

Filaplomb,

Merci :))

Audine,

Oh ! Je n'avais pas vu ! Je t'aime... Merci !

Nicolas,

DG va être jaloux (Smiley !)

Pour les chanson, c'est sans moi, j'ai mal à la gorge. Ah ! Si :
Je suis malaaaaaaaaaaaaaaaaaaDE !
Complètement malaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaDE !
ETC.

Herman Speed,

Mtislav c'est toi ?

Marie-Georges,

File !

Loïs de Murphy a dit…

Chouette, enfin une bonne nouvelle !