lundi 6 avril 2009

Le combat de Desdémone

Lorsque le lundi arrive, il m'arrive de soupirer car c'est le jour du cours de Desdémone.


Elle s'est un peu adoucie, il n'empêche que lui enseigner le chant s'apparente à un combat sans merci. Je me collette avec son orgueil, son autorité naturelle et ses préjugés. Dès le début du cours, lorsqu'elle joint ses pieds en un claquement que je trouve militaire, je retiens un soupir de découragement. Je feins d'ignorer ses boutades, ma voix devient froide, mes décisions inébranlables ; je dicte, concentrée, les mouvements de détente, les exercices de respiration et si Desdémone me pose une question, je lui donne des explications débarrassées de toute poésie car elle n'y est guère sensible.

Elle est à la fois très consciente de son corps, mince, ferme, paré de seyantes tenues et totalement incapable de le mouvoir avec grâce. Les mains sur ses hanches, elle ondule du bassin, trop cambrée, comme engoncée dans une armure de guingois. Elle est bien dans sa peau, pourtant, elle pose parfois les mains sur sa petite poitrine et une expression de satisfaction traverse alors son visage sévère. Elle secoue sa chevelure noire où frisent des éclairs d'argent. Il me semble que Desdémone sabote toujours mes demandes : d'un geste un peu trop rapide, d'une respiration à contre-temps elle fait des preuves de ma nullité comme professeur de chant. Et lorsque je veux la confronter à sa mauvaise volonté, elle me lance, grande dame :
"Ah, c'est ça que vous vouliez ? Vous ne le disiez pas aussi... Il fallait le dire !"

De temps en temps, elle me regarde, sourcil levé et s'enquiert :
"Vous pensez que j'ai progressé ?
Je balbutie, un peu trop enthousiaste :
- Oui, bien sûr que vous avez progressé, n'en êtes-vous pas consciente ?
- Et bien non, assène-t-elle avant de partir d'un éclat de rire grelottant. Absolument pas ! Enfin j'ai plus de souffle mais là, quand je m'entends avec le micro, je trouve ça très laid !
Redevenant sérieuse, elle me demande des détails :
-Le jeune homme qui était avant moi... hum... vous avez trouvé qu'il chantait comment ? Parce que, comment dire ? Je ne tiens pas à être méchante, n'est-ce pas, mais... Il ne chantait pas bien, hein ? Vous ne trouvez pas qu'il chantait bien ? Je l'espère... Non, parce que si je chante comme ça, dites-le moi tout de suite et j'arrête tout ! Enfin c'était peut-être la chanson, elle était difficile certainement..."

Une fois, Desdémone exécutait une vocalise qui nécessite beaucoup de gymnastique faciale lorsqu'elle s'est écriée :
"Mon dieu, ce que je me sens ridicule !
- Mais non, ai-je rétorqué. Vous ne l'êtes pas. Pas du tout.
- Oui, a-t-elle dit, je comprends votre positionnement. Vous avez l'habitude. Vous n'êtes pas gênée. C'est comme moi, dans mon métier... Une amie à moi m'a demandée si je pouvais l'examiner, parce qu'elle avait besoin d'un second avis. Elle avait moyennement confiance en son gynécologue. Elle était un peu mal à l'aise mais je lui ai expliqué que je m'en moquais de la voir en position gynécologique. C'est mon métier et c'est tout. Je peux tout à fait aller dîner avec elle après lui avoir fait un frottis. C'est comme vous, je en serais pas gênée du tout si vous veniez consulter.
J'éclate de rire : - Oh moi si ! Je n'imagine pas du tout ça !
L'idée m'effleure que cette façon insidieuse de convoquer une scène où j'offrirais mon entrejambe écartelée à son œil noir, vise à me déstabiliser tout à fait, à m'interdire de lui enseigner quelque chose. Desdémone est sans doute inconsciente de la façon dont elle sape mon autorité ; c'est plus fort qu'elle. Régulièrement, pendant l'heure de cours, j'imagine son époux, tantôt petit être échevelé, maladroit, impuissant tantôt tyran à qui elle emprunte une once de cruauté dès qu'elle se trouve hors de sa portée. Le plus souvent, c'est étrange, je l'imagine mort ou alité. M'est avis que Desdémone ne peut avoir d'alter ego...
- Je sais que vous, vous n'aimeriez pas cela. Pourtant, moi ça ne me ferait rien. ..Tandis que faire ces mimiques devant vous, ce que je me sens idiote, c'est phénoménal !"

La semaine passée, alors que je l'imitais entrain de chanter Wonderful World, elle a été prise d'un fou rire tonitruant.
"Regardez, comment vous signifiez le bonheur, Desdémone, venais-je de lui dire. Vous souriez de la bouche mais pas des yeux.
Et je l'avais imitée. Pas par méchanceté mais parce que les cours de chant sont basés, essentiellement, sur le mimétisme. Ainsi, sans arrêt, je deviens le miroir de visages crispés, je répète une flopée de sons aigres ou engorgés. Desdémone, qui je le croyais, allait se défendre, protester a paru ravie au contraire :
- C'est exactement ça ! Je fais semblant... Je fais mal semblant ! Alors que le monde est si merveilleux, n'est-ce pas ? Wonderful world, oui, un de mes meilleurs amis est entrain de mourir à l'hôpital ! Ah ah ! Mais il ne faut pas que je dise ça, il va s'en sortir... Une énième de ses artères vient d'exploser, mais il va s'en sortir ! Allez, on y croit ! Je vais sourire des yeux ET de la bouche. On y va !"

Hier, en fin de séance, Desdémone a chanté pour les deux sœurs qui ont cours après elle, les yeux clos et le micro serré entre ses deux mains jointes... Je l'imaginais en robe fourreau pour le mariage de sa fille, au milieu de l'orchestre. L'événement est toujours secret. Desdémone ne s'entraine que dans sa voiture. Personne dans son entourage ne sait qu'elle prend des cours de chant. Pour télécharger la musique d'accompagnement sur une clef USB, elle a dû demander de l'aide à l'un de ses trois fils. Il lui a dit "Mais pourquoi ne me dis-tu pas simplement ce que tu veux comme musique ? Je te la téléchargerai, moi !" mais Desdémone lui a tenu tête : "Je veux juste savoir comment on fait et le faire toute seule !". "Vous allez vous faire pincer, à la fin ! l'ai-je taquinée" mais elle est sûre que non. Alors dans la salle voutée, j'ai imaginé la surprise de sa fille, de son époux, des invités. Desdémone au maintien d'acier, Desdémone au parler âpre chantait comme une diva. Ses bras dessinaient autour d'elle des arabesques musicales, parfois elle se déhanchait à peine. Sa voix a gagné en souplesse, ses aigus brillent, ses graves sont impressionnants. Et elle a cette façon de regarder le public tendrement au moment où elle prononce "I love you !" qui me stupéfie.
Nul doute que sa prestation sera le clou du mariage...

26 commentaires:

Aude a dit…

Quel personnage!

La Trollette a dit…

c'est bien ce que je crains... qu'elle vole la vedette à sa fille à son propre mariage... cette femme est effrayante!
o_Ô

Clarinesse a dit…

J'allais dire exactement la même chose que dans le précédent commentaire : fort à parier qu'il ne s'agisse pas de faire un cadeau à sa fille mais d'attirer l'attention sur elle-même.
Et je trouve ta patience angélique. Il y a longtemps que je lui aurais envoyé à la figure une pique qui lui fasse comprendre que son petit jeu était percé à jour, et que si son but était de chercher à déstabiliser son professeur, elle pouvait aussi bien se passer de cours.
Mais après tout, il n'est pas dit que ce qui vient naturellement face à une classe soit si aisé à s'autoriser face à un adulte.

Didier Goux a dit…

Desdémone : je peux y aller ?

La prof : Ja, go !

Audine a dit…

Desdémone me semble si fragile, terriblement pas en elle.
Il y a un gros risque qu'elle soit pitoyable au mariage, et elle le sait, je ne la vois pas comme essayant de voler la vedette.
Et aussi, c'est courageux, de se mettre dans des situations où l'on se sent ridicule.
Je la vois comme un oiseau affolé qui se cogne contre des vitres.
C'est triste du fait de l'âge qu'elle a, d'en être là.
Je pense que ton plus gros défi, en tant que prof, ça va être de lui apprendre le plaisir de chanter.
Juste ça.
Et je continue de tout mon coeur à espérer qu'elle aura son petit moment de bonheur et un peu de reconnaissance - au sens voir la personne - dans les yeux des autres, lors de ce mariage, qui constitue un sacré enjeu pour elle, apparemment.

charlemagnet a dit…

"Desdémone est sans doute inconsciente de la façon dont elle sape mon autorité"
c'est bizarre... mais je sens bien que non... j'ai m^me l'impression que tout est fait un peu sciemment..

charivarii a dit…

"...je retiens un soupir de découragement."
il m'arrive avec certains élèves d'éprouver le même sentiment
et aussi de sentir que je n'arriverai jamais à leur transmettre quoi que ce soit
ça tient parfois à des sentiments bien difficile à déchiffrer

mais ton "expérience" avec Desdémone me paraît bien éprouvante

Zoridae a dit…

Merci à tous pour vos commentaires... Je vous réponds ce soir !

Mots d'Elle a dit…

J'ai adoré (enfin avec un léger frisson) le passage faisant allusion à son métier, comme si elle se mettait dans une posture gynécologique en chantant?...et c'est vrai que c'est très intime de chanter, surtout en public.

Zoridae a dit…

Aude,

Oui, c'est la seule de mes élèves que je vouvoie... Ça veut tout dire !

La Trollette,

C'est en l'écrivant que je me suis rendue compte de ce risque... Desdémone est belle et elle aime être au centre de l'attention...

Clarinesse,

Je ne suis pas très douée pour la répartie en direct... C'est plutôt elle qui tient le crachoir de ce côté là... Tout ce que je peux faire c'est la cadrer, l'occuper assez pour qu'elle oublie de parler... Et puis elle m'attendrit, malgré tout...

Didier Goux,

Arg ! Je ne comprends pas votre commentaire !

Audine,

"Terriblement pas en elle", c'est exactement ça. La plupart des personnes qui décident de prendre des cours de chant le font aussi pour se détendre, respirer. Ils sont conscients de vivre souvent, coupés de leur corps et ils sont contents de le rejoindre grâce au chant. Elle, tout ce qui est détente, respiration, ça l'ennuie. Elle veut aller droit au but. C'est vrai que c'est triste et c'est étonnant aussi, vu son métier qui entre au plus profond du corps...

Le risque d'être pitoyable, non, je ne crois pas qu'elle l'envisage. Si elle le dit, c'est pour que je l'assure du contraire mais elle est persuadée d'être bien plus douée que les autres... Et je suis certaine, que quoi qu'il se passe, ce sera un moment émouvant... Ça l'est souvent, un mariage !

Charlemagnet,

Tu me fais envisager les choses différemment. Je vais la regarder d'un air vraiment soupçonneux au prochain cours !

Charivarii,

Oui, la transmission je n'y pense même pas avec elle ! Une fois des élèves lui ont dit "oh, avec Emeline, c'est sûr que vous allez chanter merveilleusement pour le mariage de votre fille."
Elle a ri et a répondu " Vous croyez vraiment ?"
L'expérience est-elle éprouvante, je l'ignore. Elle est fascinante, énervante, fatigante... Mais chaque fois que je sens que je l'apprivoise un peu, je jubile !

Mots d'Elle,

Oui, j'avais adoré aussi qu'elle me dise ça. Comme j'adore qu'elle soit gynécologue alors qu'elle est d'apparence si bourgeoise, si coincée... C'est vraiment une femme étonnante !

arpenteur a dit…

Très beau portrait. Par contre, pas sûr que j'aie envie d'aller au mariage... Quelque chose me dit que tout ça va sonner faux... Dans tous les sens du terme...
Trop de quelque chose, et pas assez d'une autre... ;-)

filledufeu a dit…

Je suis peut être hors sujet mais je sens une profonde tendresse et une estime réciproque.Ne serait elle pas un peu lesbienne refoulée?

Zoridae a dit…

Arpenteur,

Je ne sais pas... Desdémone a l'air assez proche de ses enfants (elle en a 4). Elle m'a dit plusieurs fois qu'elle voulait chanter pour sa fille parce qu'ils avaient vécu des choses dures ces dernières années... Une sorte de réparation. C'est pour ça qu'elle a choisi la chanson "Wonderful World"... Parfois les mariages, les fêtes en général, remuent plein de choses. Pas sûr que ça sonne faux. C'est souvent, au contraire, après les grandes effusions que vient le doute. Au quotidien.

Fille du feu,

Ouh là là, ton commentaire m'a fait mourir de rire. "Lesbienne refoulée" ? Hi hi. Je ne crois pas ! Estime réciproque ? Peut-être mais j'ai quand même l'impression de devoir me battre pour être juste respectée... Profonde tendresse ? Ça peut-être... En tous cas, moi j'en éprouve pour chacun de mes élèves !

Bérénice a dit…

Lorsque l'on exerce un métier de ce genre, il y a une image de marque à respecter... on peut difficilement être soi-même en public. Elle a sûrement senti que c'est par le chant qu'elle pourrait traduire ses sentiments et son émotion... je ne pense pas qu'elle veuille voler la vedette à sa fille... je vois plutôt ça comme un cadeau... un vrai cadeau qui lui aura demandé un investissement personnel, un travail sur elle même... ce sera un moment difficile pour elle... je sens déjà tous les tremblements qui s'empareront de son corps à la fin de la prestation...
Ceci dit... très beau texte... comme d'habitude !

Zoridae a dit…

Bérénice,

Merci pour ton commentaire... Je pense comme toi que c'est un vrai don que veut faire Desdémone... Sera-t-elle prête pour l'échéance qui approche à grands pas, je ne sais... Mais j'espère qu'elle continuera !

Accent Grave a dit…

Voler la vedette à un mariage? Ça me semble farfelu. Une vedette n'existe que dans les yeux de l'observateur.

Elle sort tout simplement de sa zone de confort, c'est risqué et ele a peur.

Je lui souhaite une excellente prestation.

Je lève aussi mon chapeau au proffesseur que vous êtes, cela exige énormément de votre part et votre art ne se limite pas au chant mais à l'art infiniment plus complexe de la communication humaine. Vous êtes patiente, persévérante. Bravo!

Accent Grave

mtislav a dit…

Tu n'as pas peur qu'elle tombe sur ton texte ?

A part ça, on a l'impression de l'avoir devant soi. C'est très fort.

Christie a dit…

Il me semblerait qu'elle manque profondément de confiance en elle et qu'elle essaie de s'envoler quelque part, de partir sur une route inconnue pour voir.
Ou peut-être pas si inconnue que ça, d'ailleurs.

Je ne sais pas si elle veut voler la vedette à sa fille mais sans doute elle cherche un domaine plus créatif, or les cérémonies sont souvent des moments privilégiés pour faire autre autre chose et autrement.

ça touche à la dimension profonde de l'être.
Chacun est comme il est et donne toujours le meilleur de lui-même au moment où il le donne.
Quelque soit la motivation intérieure.

elle-c-dit a dit…

Desdémone, je bloque sur ce prénom.. je l'ai tapé sur google pour voir ce qui sortait..
un astéroide, un satellite d'Uranus, un personnage de shakespeare..
Avec un mélange pareil...cette femme est forcément Un Personnage.. Un brin derangeante quand même... Manipulatrice ?

Marie-Georges Profonde a dit…

J'adore tes récits sur ton quotidien de prof de chant.

Coumarine a dit…

Je trouve que tu montres étonnement bien la complexité de ce personnage...
Un passage terrible c'est qd elle parle de la chanson qu'elle va interpréter...en même temps que de la réalité du monde, pas du tout "merveilleux"
oups ça m'a donné des frissons

Anonyme a dit…

Quel personnage et quel texte! J'en ai profité pour lire votre billet sur Djian. Merci de ces trés bons moments de lecture.
Frédérique MARTIN.
PS : Je ne suis toujours pas capable de mettre un commentaire autrement qu'en anonyme sur votre blog. Il y a une manoeuvre qui m'échappe.

hortensia a dit…

Pour une fois qu'on connait l'avis de la prof !

Zoridae a dit…

Accent grave,

J'ignore si Desdémone a peur... Je pense qu'elle se connait mieux qu'elle n'en a l'air. Ou alors, dans son entourage, elle a l'habitude d'être admirée et louée... Parce que je ne la vois pas du tout fébrile à l'approche de la date...

Quant à mon talent de professeur, n'en jetez plus. De toutes façons, ici, vous n'avez que mon point de vue ;) !

Mtislav,

Euh si, maintenant que tu le dis...
Merci !

Christie,

Ce que tu dis d'elle me la rend attachante... C'est certain, Desdémone est une personnalité complexe et passionnante...

Elle-c-dit,

J'avais fait la même chose que toi : recherche dans google. En vérité, Desdémone a un prénom masculin qui lui va bien aussi... Manipulatrice, oui, certainement !

Marie-Georges Profonde,

Merci !

Coumarine,

Merci, je suis contente que l'on voit la complexité de Desdémone... Je ne voudrais surtout pas en faire une caricature ! Pour le reste, il me semble que Desdémone vit des choses difficiles depuis longtemps. Est-ce pour ça qu'elle est coriace ?

Frédérique Martin,

Merci beaucoup !
Pour vous identifier ici, il faut que vous sélectionniez la case Nom/URL... Vous mettez votre nom dans la première case et le lien vers votre site dans la deuxième... Ça devrait fonctionner normalement... Dites-moi vite ce qu'il en est !

Hortensia,

Pourquoi dites-vous ça ? Je le donne moi, mon avis, même à mes élèves !

Frédérique M a dit…

Merci Zoridaé, comme le dit la sagesse populaire, il en vaut mieux un qui sait que dix qui cherchent. Passez de bonnes vacances.

Miette a dit…

Je découvre ton blog et... je suis conquise par ta plume !

Bises,

Miette.