samedi 6 décembre 2008

Le jugement de Desdémone

J'ai toute de suite pensé qu'elle avait de l'allure. Brune, grande et fine, le port de tête altier, elle frémissait des narines comme un pur-sang, battant la mesure de ses paroles péremptoires d'un claquement de mocassins. Contrairement à la plupart de mes élèves, elle s'était donnée un objectif précis : chanter pour le mariage de sa fille dans six mois. Pour cela, elle avait dans ses bagages, des années de piano et la flemme de s'y remettre.
"Tandis que chanter, tout le monde peut le faire, m'apprit-elle.
- Hum, et bien... dis-je, oui ! En quelque sorte.
- Enfin vous allez me dire, n'est-ce pas, s'il est possible ou non que je réalise mon projet ? Mais je crois, ajouta-t-elle en riant, que je ne ferai pas honte à l'orchestre qui m'accompagnera !"
J'ai ri avec elle de bon cœur car, après tout l'ambition ne me déplait pas.

Une semaine plus tard, Desdémone est arrivée, impatiente, pour son premier cours. Arc-boutée dans un tailleur beige au tomber évident, elle a attendu, les mains serrées l'une contre l'autre dans une pose doctorale, que les petites filles qui chantaient avant elle, quittent enfin la salle. Il me semblait que d'un moment à l'autre, une conférence allait commencer et j'ai réprimé un bâillement à cette perspective.
"Seigneur, s'est-elle écriée ensuite, je suis véritablement soulagée de voir qu'il s'agit d'enfants. Parce que, de l'autre côté de la porte, j'étais horrifiée par tant de laideur ! Elles chantaient faux à un point !
J'ai ri avec elle de bon cœur, car, parfois, la méchanceté ne me déplait pas.
- Amalia a un mois de chant, ai-je répondu. Elle ne s'en tire pas si mal. Sa sœur a six ans à peine. Le manque de justesse bien souvent, vous savez, ce n'est qu'un...
- Oui, oui, je sais ce que vous allez me dire, m'a coupée Desdémone. Et je vous crois mais quand même, je n'aimerais pas chanter comme cela. Enfin vous me le direz, n'est-ce pas, si je chante comme cela ? Il ne me semble pas - j'ai toujours chanté juste, on me l'a souvent dit - mais on ne sait jamais..."

Alors que, soucieuse de garder mon calme, je rangeais les partitions et disques du cours précédent, Desdémone a continué de parler :
"Alors, maintenant, vous allez me dire, dites-moi : où je me mets, qu'est-ce qu'on fait ? Je ne sais pas, moi, je suis là pour apprendre. Alors je me me mets là, c'est ça ? Au milieu ? On chante tout de suite ou bien...
- Desdémone, comme je vous l'ai dit lors du cours d'essai, nous allons faire, avant tout, quelques exercices de relaxation et de respiration.
- Oh bien, comme vous voulez ! C'est vous qui me dites, oui, c'est cela... Alors je fais comme vous. On s'étire ? Ah oui d'accord et on souffle en se pliant en deux. Ce n'est pas très naturel, dites-moi. Enfin c'est vous qui savez. Et c'est vraiment nécessaire de faire tout cela ?
- Oui, Desdémone. Car nous chantons avec tout notre corps.
- Comme c'est amusant, rit-elle. Alors donc, il faut vraiment faire des rotations de la cheville pour chanter ? Si vous le dites je vous crois, n'est ce pas ? C'est vous le professeur après tout. Et puis j'aime la gymnastique oui ! J'adore la gymnastique, c'est drôle non ? Ça tombe bien !"
J'ai ri avec elle de bon cœur car, après tout l'humour ne me déplait pas.

Finalement, la faire chanter a eu comme avantage immédiat d'interrompre la logorrhée de Desdémone mais son corps s'est mis à parler pour elle : déhanchement sec, claquement de pieds, menton tendu vers le plafond.
"Alors, m'a-t-elle demandé à la fin du morceau, je crois que nous allons devoir trouver quelque chose d'un peu plus difficile, non ? Enfin si vous me dites qu'il faut travailler celui-ci je le ferai. Bien que je n'aie pas tellement le temps, voyez-vous. Mais c'est vous le professeur, dites-moi...

J'ai ri avec elle de bon cœur, car le cours était enfin fini !


33 commentaires:

Catherine a dit…

Quelle patience, vous avez ! Alors, elle a chanté au mariage de sa fille et ce fut une catastrophe ?

Didier Goux a dit…

Quelle idée, de marier sa fille, aussi !

Zoridae a dit…

Catherine,

Oui, il paraît :))
elle chantera je pense mais le mariage sera en mai...

Didier,

Oui, après tout !

Leiloona a dit…

Voici une personne détestable.
Pôark.
Cela dit, elle devient un personnage comique malgré elle ! :P

la Mère Castor a dit…

je crois qu'il faut plus de patience pour enseigner aux adultes qu'aux enfants.
J'en suis même sure.

mtislav a dit…

J'ai ri de bon coeur, après tout on adore les personnages détestables. Zoridae, il faut tenir le coup pour nous raconter la suite avec la même verve.

Sophie a dit…

Tout à fait d'accord, je veux la suite de la mégère de la mariée !

Mots d'Elle a dit…

Merci de me rappeler pourquoi je ne veux pas me marier: pour ne pas entendre chanter ma mère!!!
Plus sérieusement, j'ai adoré la construction de ton texte! bravo!

Zoridae a dit…

Leïloona,

Oui ! Sur le moment ce fut un peu éprouvant... C'est après que j'en ai ri. Par contre, en écrivant ce billet, mon énervement est revenu !

La mère Castor,

Je ne sais pas. Ça dépend. La plupart du temps j'adore m'adresser à des adultes. Avec le temps, il m'arrive de m'attacher aux plus coriaces. Qui sait, peut-être que cela arrivera avec Desdémone ?

Mtislav,

Mais j'y compte bien - tenir le coup et continuer de vous en parler. Après tout, dans ces cas là, le blog devient un sas de décompression

Sophie,

OK, compte sur moi !

Mots d'elle,

Ahahah ! (Merci !)

Audine a dit…

J'aime beaucoup ces portraits d'élèves.
Il y a de ça aussi à l'atelier dessin / pastel que je fréquente.
J'aime aussi beaucoup la construction de ton texte, cette rengaine qui revient.
On imagine très bien Desdémone (faut dire, déjà, le prénom ...).
Moi j'espère qu'elle a chanté au mariage et qu'elle s'est très bien débrouillée.
Parce que chacun fait ce qu'il peut.
Et aussi, que ça sera grâce à ton travail.

Nicolas a dit…

Quelle idée, de marier sa fille, aussi !

Zoridae a dit…

Audine,

Merci :)). L'idée de la rengaine je l'ai piquée à Balmeyer. Il use souvent de ce procédé et c'est vrai que souvent ça donne une petite touche sympa... Une petite note musicale.
Je vous raconterai peut-être le mariage de la fille de Desdémone mais il aura lieu dans 6 mois... Il reste un peu de temps !

Nicolas,

Oh, en fait Didier Goux et toi n'êtes qu'une seule et même personne ?

Nicolas a dit…

Non, mais j'aime bien les commentaires idiots. J'ai trouvé un maitre...

Zoridae a dit…

Nicolas,

Ah ah ah ! Je suis pliée !

Tifenn a dit…

terrifiant! je suis toute hérissée, j'ai les dents qui grincent.

Dorham a dit…

Fantastique. J'adore tes textes de cours. Il y a là le petit décalage vraiment drôle qui régit le rapport entre le soi du maître et la necessité de sa neutralité.

Et tu exprimes ce décalage relativement doucement. Sans trop forcer le trait. Vraiment très bon.

(tu as des chanteurs de karaoké ?)
(c'est mon autre passion ; pas le karaoké, les gens qui y vont...)

Simon Gaetan a dit…

Une question - qui me turlupine depuis que j'ai du renoncer à 16 ans à la musique, faute de pouvoir accorder ma guitare.
Peux-on -
quand on chante très faux( une vraie casserole mais extrêmement mélomane) se ré- accorder les tympans ou quelque chose comme ça

Zoridae a dit…

Tifenn,

Arg ! Désolée ;) !

Dorham,

Merci l'ami ! Je suis heureuse que ces petites chroniques te plaisent. Je n'ai pas de chanteurs de karaoké mais certains de mes élèves amènent leur accompagnement avec eux, oui.
(Ne m'en parle pas, Cochon et Marie-Georges veulent m'y trainer !)
(Ecris un billet !)

Simon Gaetan,

Tout d'abord, savez-vous que pour accorder les guitares il existe de petits outils très pratiques. Même les pros s'en servent...

Il faudrait savoir pourquoi vous chantez faux. Si ce n'est pas lié à un problème auditif, c'est sans doute juste que vous ne savez pas placer votre voix. Dans ce cas, un bon professeur de chant pourra vous aider à le faire :)))
Et si vous êtes mélomane, ça aide énormément !

Dorham a dit…

Ah ouais,
alors, avec Cochon et Marie-Georges, je milite pour qu'on aille tous miauler au karaoké,
je réserve "le petit bonhomme en mousse" :)

Zoridae a dit…

Mais non Dorham, tu n'as rien compris ! Moi je ne VEUX PAS y aller ! Et d'abord ils n'auront jamais la Traviata au karaoké !

Dorham a dit…

Ah mais si tu vas y aller,
IL LE FAUT !

Simon Gaetan a dit…

Non c'est pas auditif.
je reconnais une mélodie entre milles dès la première note...
mais je n'arrive pas à la mémoriser
intérieurement et donc encore moins à chanter.(placer ma voix)
ma guitare en 76 valait genre 200f alors les accordeurs électroniques...
merci pour la consultation.

Zoridae a dit…

Simon Gaetant,

Mais il y a bien des chansons que vous fredonnez, non ?

Je suis sûre que votre "problème" s'arrangerait aisément !

Dorham,

C'est hors de question !!!

Simon Gaetan a dit…

en fait je ne tiens pas à me mettre à la musique à mon age...
non je ne peux mémoriser aucune mélodie a part un peu de Brassens et encore je déraille..

spermy a dit…

"Il y a là le petit décalage vraiment drôle qui régit le rapport entre le soi du maître et la necessité de sa neutralité"

putain c'est moi ou bien ?

Zoridae a dit…

Cher Spermy,

Je vous saurais gré de ne pas troller mon ami Dorham chez moi !

Dorham a dit…

Ce que je voulais dire Spermito, c'est que le maître se doit de se censurer mais qu'il n'en pense pas moins. L'écriture permet d'obtenir les deux. C'est fun, nan ?

Si tu veux - putain (j'en mets un, comme ça, ça fait "un partout" - c'est un peu la même chose que ressent Dorham quand il est invité à un pot entre collègues. Il serre les dents, il sourit à la dame et il a envie de péter les prémolaires de tout un chacun...

Dorham a dit…

En me relisant toutefois, j'y consens, c'était clair comme un - putain - de jus de chaussettes.

Zoridae a dit…

2 "putain à 1 pour Dorham !

Dorham a dit…

Zo,

A ce jeu là, c'est difficile de me battre, j'ai de l'expérience :)))

Frédéric Meurin a dit…

Mhm. Il est rare que je trouve quelqu'un insupportable à l'écrit, mais là, c'est assez frappant, j'ai envie de la baffer.

Ce doit être le talent de l'auteur. Vous lui claquerez de ma part, merci d'avance.

(J'imagine la scène, Zo qui accueille Desdémone, "ah oui au fait, un de mes bloggers me charge de vous transmettre ceci" - SCHBAF)

Le coucou a dit…

J'espère pour vous que vous n'avez pas trop d'élèves comme ça! Beaucoup aimé ce texte, on voit parfaitement cette dame, la distance entre le professeur et l'élève.L'aveuglement, cette fatuité innocente qui donne autant envie de sourire en soi-même que de la moucher… Bref, un vrai moment de plaisir.

Zoridae a dit…

Frédéric Meurin,

Bienvenu ici et merci de votre commentaire. Je vais réfléchir à votre suggestion mais vous savez je ne suis pas violente... :)

Le coucou,

Non heureusement, la plupart sont charmants. Mais vous avez raison, tant de fatuité, d'assurance de soi en deviennent presque touchant. Surtout devant quelqu'un qui chante depuis presque toujours et qui manque beaucoup de confiance en soi...