vendredi 9 janvier 2009

Un dernier pour la route

Jean-Baptiste del Amo, brillant jeune auteur publié en septembre 2008 a bien voulu répondre à un petit questionnaire... C'est mon dernier billet pour l'Express :
http://www.lexpress.fr/culture/livre/jean-baptiste-del-amo-l-ecriture-doit-etre-un-mouvement-egoiste_730560.html

10 commentaires:

Mélina a dit…

Ah je l'avais entendu à la radio locale de par chez moi puisqu'il est issu de pas loin.
Et ce qui le plaît, c'est qu'il ne change pas d'un iota en fonction de qui est en face de lui.

Du coup, j'ai commandé le livre.
Bravo Emeline (facile)

Audine a dit…

Intéressant.
Je n'avais pas trop fait attention quand tu avais écrit sur lui.
Mais 26 ans, diantre, il est doué le monsieur.

Zoridae a dit…

Melina

Oui, il est incroyablement gentil et simple. Et le billet lui a plu !

Tu as commandé le livre ?
Ouah ! Ça c'est une vraie réussite pour moi !

Audine,

Mais si tu avais participé ! Tu avais même fait partie de ceux qui me sommaient d'arrêter d'explorer cet veine hyperréaliste. Ce sont les billets qui ont le libellés Château-Rouge...
Il est très très doué ! Lis-le, je suis curieuse d'avoir ton avis.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Alvarez a dit…

Salut Zoridae, je te salue depuis une argentine, je lus une partie de tes textes, il(elle) me coûte un peu parce que je vais en le traduisant avec programmes on line. Il me plaît de connaître les artistes d'autres parties du monde.
Je t'invite à passer pour mon 2 blogs.
www.eldesgraciosaurio.blogspot.com www.blogstours.blogspot.com ci-mentionné je l'ai traduit en quelques langues, j'espère qu'ils(elles) te plaisent. Une embrassade. Sergio

Audine a dit…

Heuuuuuu je ne pense pas avoir "sommé" quand même ! Chacun(e) écrit bien ce qu'il / elle veut !
Oui je me souviens maintenant.
En fait, je ne sais pas si la truculence (la veine HYPERréaliste ...) je vais réussir à accrocher ...
C'est une affaire de sensibilité tout ça !

Marie-Georges Profonde a dit…

Hé bien c'était une lecture fort intéressante... Merci pour cet article ! L'avantage d'une interview réalisée par quelqu'un qui écrit c'est qu'au moins les questions sont pertinentes, ce qui n'est pas toujours le cas avec les journalistes...

Zoridae a dit…

Anonyme,

Et bien d'accord !

Alvarez,

Merci de l'effort. Je passerai...

Audine,

Je plaisantais hein ? Mais bon, quand tu t'y mets...

Pour l'écriture dans l'hyperréalisme, je dois préciser que je fais cela beaucoup moins bien que Jean-Baptiste del Amo ! Il faut le lire lui...

Marie-Georges,

Ça me fait plaisir si tu trouves les questions bien. En fait, j'ai posé les questions qui m'intéressaient... :)

Georges F. a dit…

Bravo Zoridae, bravo aussi Del Amo. Après vous avoir lu, je vais enfin lire ce livre. J'ai trouvé cette interview très riche. Vous avez su faire émerger de belles réponses (peut-être les tenait-il toutes prêtes à improviser, mais ça ne me dérange pas), et même certains propos qui résonnent terriblement aux oreilles des auteurs.
Et notamment (je cite) : "Écrire une histoire nécessite de s'immerger dans la réalité du personnage et de finir par tout percevoir par ce prisme-là. C'est, je pense, la condition première à la dimension obsessionnelle d'un texte, qui m'intéresse tant dans la littérature. Il n'y a pas de demi-mesure, l'écriture doit être une mise en danger de l'auteur, le mener au bord du gouffre".
Il n'y a pas un mot de trop. C'est exactement ce que l'on vit quand on se laisse embarquer dans l'écriture d'un roman, si elle est sincère. Et après ça, les braves gens voudraient qu'on en sorte intact !

Zoridae a dit…

Merci Georges, vos compliments me vont au droit au cœur. Je trouve l'exercice d'interview particulièrement difficile parce que lorsque j'en lis je suis souvent frustrée, je reste sur ma faim.

Le choix d'un thème ici m'a imposé de me limiter à quelques questions que j'ai choisi égoïstement, en tant que lectrice passionnée d'écriture.

Quant à Jean-Baptiste del Amo, sans le connaître autrement que par mail, je ne crois pas m'avancer beaucoup en disant qu'il ne doit pas en être, encore, à avoir des réponses toutes faites. D'ailleurs il suffit de lire ces réponses à ce questionnaire. Chez lui pas de règles, peu d'habitudes...

Revenez me dire, lorsque vous l'aurez lu, ce que vous pensez de ce roman si vous voulez bien...