dimanche 6 juillet 2008

7 Paroles de blogueurs (7)

[Désormais tous les dimanches (à peu près) je citerai 7 paroles de blogueurs qui m'ont plu, touchée, emballée, inquiétée, interrogée...]


« - Dis, papy Maximounet, tu m'racontes une histoire ce soir hein? »


« - Oui, petit descendant, mais après t'être lavé les dents.
Et ne fais pas comme Joey Starr, ne fais pas semblant.»

« Je suis pleine de vos œuvres », avait murmuré la femme de cet écrivain prolifique un soir tardif de septembre.
Fou de jalousie, il l’étouffa entre ses deux longues nattes tressées pour le coucher.
En effet, la malheureuse ne savait ni lire, ni écrire.


Comme je vous comprends, a soufflé l'homme en jacquard (j'ai lu dans ses yeux qu'il était sincère), je suis moi-même un grand admirateur d'Amélie Nothomb : je dévore toutes ses nouveautés. Et croyez-moi, a-t-il ajouté d'une voix plus basse, quand on travaille dans un lieu de culture, c'est un secret difficile à porter... Des rumeurs courent sur une collègue qui se serait fait renvoyer après avoir clamé haut et fort son amour pour Marc Levy tandis qu'une autre aurait vu son contrat ne pas être renouvelé car elle dévorait Marek Halter pendant sa pause déjeuner...

En les lisant, je pense à ces convives timides qui tentent de placer une histoire drôle dans le brouhaha du dessert : ils bâclent le récit, le dévident sans rythme, sans clins d’œil, pressés d’atteindre la chute avant qu’on ne la leur gâche. Je ne parle même pas des fautes d’orthographe ou de grammaire, ni des répétitions, parfois d’une ligne à l’autre, ni de la surabondance des verbes mous. Ce qui me chagrine le plus, ce sont ces descriptions si superficielles dont on achève la lecture sans avoir imaginé aucune image, ces dialogues qui passent d’une langue empruntée à une autre qui se voudrait populaire et n’est que minimale. L'auteur semble pressé d'en finir, pressé de tuer son idée. Comme s'il n'aimait pas vraiment écrire.

Si je n'ai qu'un conseil à vous donner, c'est de lire ce blog plus souvent. Grâce à ce surcroît de fidélité, vous seriez déjà au courant de ma théorie sur l'affaire Kerviel et l'avenir de la Société Générale et je n'aurais pas à vous réexpliquer tout depuis le début.

L'affaire se gâte lorsque la demoiselle (ou la dame : il faudra que je me renseigne) entreprend de lire des extraits de votre dernier billet. Là, soudain, vous prenez conscience que votre petite prose ne vaut pas un clou (certes, vous vous en doutiez, mais tout de même...), que les phrases tombent comme des fruits de leurs arbres, déjà blets avant de toucher le sol.

Finalement, ce que vous preniez pour une minute d'auto-gloriole se mue en une implacable leçon de modestie, assénée sans trop de précaution, ni cellule de soutien psychologique ? Lorsque la voix s'est tue, vous vous retrouvez seul devant l'écran. Et vous vous surprenez à regarder votre page d'accueil de travers, avec un mauvais petit sourire.

Le seul cas de révocation dont j'aie entendu parler, par un éminent Inspecteur d'Académie, qui avait sans doute pour objectif de nous impressionner, c'était le cas d'un enseignant qui avait fourni un faux diplôme du baccalauréat dans son dossier de concours. On ne s'en était aperçu qu'après plusieurs années.


(Et pour relire tout ça en caractères gras, c'est par ici !)

Illustration : Art and Ghosts

6 commentaires:

Marie-Georges Profonde a dit…

Chouette, les 7 paroles de blogueurs !
Et, comme il fut dit sur d'autres blogs : vive Poireau !

Zoridae a dit…

Marie -Georges,

Vive poireau oui ! Et les autres valent aussi le détour :))

Loïs de Murphy a dit…

Je profite de ton blog pour réclamer à Simone de Bougeoir l'ouverture des commentaires sur son blog ! J'ai l'impression de la harceler quand je lui envoie un e-mail, c'est très désagréable :o)
(Oui, je respecte son choix gnagna tout ça, il n'empêche ça me fait braire, na !)

Zoridae a dit…

Loïs,

Profite, profite ! Tu as raison, même si je comprends ça me fait toujours bizarre les commentaires fermés...

Didier Goux a dit…

Décidément, c'était VRAIMENT ma semaine de gloire...

balmeyer a dit…

Je n'ai pas été cité cette semaine. Je me demande si c'est normal.