lundi 1 février 2010

Pile ou face

J'ai souvent pensé qu'en moi cohabitaient deux parts, tant bien que mal.
L'écriture serait la part noire, née de mon besoin de recherche, de mon besoin de compréhension et d'une certaine tendance à m'échapper dans l'imaginaire.

Le chant serait la part lumineuse, bien sûr.

Il y eut des périodes où je n'étais que chanteuse. Je sortais brillamment parée, mes cheveux volaient autour de mon visage, presque électriques, mes longues robes trainaient derrière moi sans jamais m'entraver. J'étais bien trop légère pour trébucher.

Lorsque je travaillais ma voix, il m'arrivait d'être sérieuse pourtant, trop encore, et j'avais l'impression de devoir lutter encore contre la part sombre de moi-même qui tentait de m'entrainer par le fond. Il n'y a que sur scène, en public, que je réussissais à laisser à mes pieds la gangue de tristesse et de réflexion qui m'empêchait de vivre tout le temps, de vivre pleinement.

Alors je me sentais en parfaite adéquation avec ce que je voulais être : forte, puissante, entendue et aussi capable de montrer ma fragilité sans être foudroyée.
Les applaudissements étaient comme, à la fin, les crépitements du feu que j'avais extériorisé.

Dans l'écriture je suis seule, lente, pesante. Je ne suis qu'une tête. Laborieuse, je ne cherche pas à briller ni à être écoutée mais à donner la vision de ce que j'ai senti. L'interprète en musique est traversée, habitée d'une musique sublime, mystérieuse, passionnée. L'auteur se déleste de sa propre chair en tranchant dans le vif, interprète cette fois, d'une réalité trop dure pour se sentir transcendé d'en être traversé.

Sauf que le blog bouscule cette conception simpliste et néanmoins rassurante que j'avais élaborée.
Je le sens, là, alors que je reviens sur la pointe des pieds. Il me semble que je pénètre sur une scène déserte ; aveuglée par les projecteurs, je ne vois du public qu'une masse indistincte dont je devine qu'elle ne perd pas un de mes gestes, pas une de mes hésitations, pas une de mes maladresses.
Les dés sont pipés. Alors que je n'ose plus, depuis des mois, être une chanteuse, comment puis-je revenir ici ?

Photographie : Désirée Dolron

24 commentaires:

αяf a dit…

Tu peux revenir juste comme ça... Moi ça me va !

Dorham a dit…

Nébuleuses questions, j'ai une gueule de masse indistincte moi ?

Tu fais ton retour feutré précisément le jour où je fais le mien en pijama de ninja ! Heureuse coïncidence :)

Gaël a dit…

je peux te montrer comment mettre des meupeu3 de toi en train de chanter sur ton blog ! :)

Anonyme a dit…

Ose.
Pour toi , pas pour les autres.
C'est toujours bon de te lire ...et de t'entendre.
Natalys

Sophie a dit…

C'est toi et cela reste toi. Quand l'envie reviendra, tu te sentiras à nouveau une, en adéquation sur scène. Ce qui ne t'empêchera pas de replonger au fond de toi pour écrire. cette part sombre, cette peur sert-en, ne la laisse pas prendre le dessus tout le temps...
Plus facile à dire qu'à faire je sais... Je sais. LE doute fait aprtie du jeu.

charlemagnet a dit…

les dés ne sont pas pipés. OSE encore et fais comme tu sais si bien le faire... écrire ici... pour que nous aussi puissions continuer à voyager dans cet imaginaire (qui nous compose aussi).

charivarii a dit…

reviens
juste comme ça
nous t'attendons
je t'attendais
chaque jour patiemment
amitiés

la Mère Castor a dit…

Comme ça par exemple. Juste comme ça.

Tifenn a dit…

Quoiqu'il en soit, nous sommes là.
C'est pour toi que tu dois écrire, ne t'occupes pas de nous. Et puis l'absence...elle est relative.
Suis ton chemin. Le reste..pfftt!
Contente de te lire.:-)

Zoridae a dit…

Merci à tous pour votre accueil chaleureux...
(Mais non Dorham, toi tu es au premier rang dans la lumière et je te vois très bien... C'est bien pour ça que j'ai la trouille !)

J'ai dé-modéré les commentaires mais gasp il va falloir se battre avec les spams... Ça n'arrête pas en ce moment !

Suzanne a dit…

Hello !

Je propose qu'on fasse une manifestation créative et festive pour lutter contre les spams.

mtislav a dit…

Je compatis. En ce qui me concerne, je n'ai chanté que le jour de ma naissance.

On a tenté de me faire taire.

Didier Goux a dit…

Moi, je veux bien faire la masse indistincte, mais seulement à mùi-temps, vu que je fais déjà droite extrême au Mrap...

Georges F. a dit…

Je comprends ce que vous ressentez, et vous l'expliquez fort bien.
Moi, c'est le contraire, c'est quand je chante que... Heureusement, il n'y a pas de blogs chantés.

Colombine a dit…

Le côté pile ou le côté face, les deux me conviennent... Toujours beaucoup de plaisir à lire ici. Toujours surprise ou émue, étonnée aussi. Tu as du cran et l'art d'écrire...
Merci.

Colombine a dit…

Côté pile, ou côté face, les deux me conviennent. J'aime lire ici, toujours surprise, émue ou étonnée.. Tu as le cran et l'art d'écrire..
Merci.
Elle c dit/Colombine

Zoridae a dit…

Suzanne,

Ah oui c'est pénible... D'ailleurs je croyais avoir dé-modérer et en fait non. Que proposez-vous ?

Zoridae a dit…

Mtislav,

Tu devrais réessayer, il parait que ça fait du bien...

Didier,

Vous au MRAP ?

Georges F.

Mais vous venez de lancer une idée révolutionnaire... Des blogs chantés !! Il y a déjà Myspace me direz-vous mais c'est tellement laid et mal fait !

Colombine,

Double merci...

En fait il n'y a pas que ça... Je fais des raccourcis. Le temps file trop vite et je suis crevée.

hortensia a dit…

Comme je vous comprends !

Monsieur Poireau a dit…

Je ne sais plus qui m'avait expliqué que les réponses, c'était la mort des questions mais ça m'est resté !
:-))

Aragon écrivait ça :

J’ai quelque lassitude Est-ce l’heure est-ce l’âge
A faire ce qu’il faut pour être bien compris
Car il ne suffit pas de soigner ses images
Et de serrer de près le sens dans le langage
Il faut compter avec les sourds les ahuris

Il faut compter avec ceux-là que tout installe
Dans l’idée a priori qu’ils se font de vous
J’écris Je suis le boeuf qu’on expose à l’étal
Et mon coeur débité d’une poigne brutale
Quand il est en morceaux les gens le désavouent…

______

Je trouve que ça colle assez avec tout ça…
:-)))

Mr SuperOlive a dit…

Welcome home!!

Zoridae a dit…

Hortensia,

Ouf.

Monsieur Poireau,

Magnifique ce poème d'Aragon ! Merci. Il y a des années que je n'en ai pas lu mais je suis toujours saisie par sa force et sa beauté d'expression !

Mr SuperOlive,

Yep !

Jeffanne a dit…

Je n'étais rentrée pour mettre un petit mot....
mais rien que savoir que quelqu'un
(toi en l'ocurrence) va me raconter une histoire au détour d'un chemin difficile, me ravit...

caro_carito a dit…

Je ne sais pas je sais juste que la musique pour moi est un contrepoint fabuleux à l'écriture. Il ya une part douloureuse dans le besoin même des mots.