samedi 11 juillet 2009

Oblivion

"L'Argentin est introverti et c'est pourquoi il souffre. J'ai senti la nostalgie quand j'ai vu mon père pleurer et ces larmes versées restent en moi parce que mon tango, ma musique, est un peu masochiste. J'aime la tristesse, je ne suis pas une personne triste, bien au contraire, mais j'aime redécouvrir la tristesse à travers la musique d'un Schumann ou d'un Malher. Je me sens tout à fait heureux quand j'écoute Malher, tellement heureux. La musique est quelque chose de triste mais je suis heureux en compagnie de la tristesse.

Quand Carlos Gardel chantait, tout vous faisait pleurer. Les paroles du tango parlent de l'indifférence de l'homme à l'égard des femmes. Les hommes se sentaient heureux si leur femme les quittait. Ils parlaient de la mort, de la mort de la mère ou de la femme qui quittait son homme pour le meilleur ami de celui-ci."

Astor Piazzola

11 commentaires:

αяf a dit…

c'est beau !

puis, les mots aussi plus hauts avec cette attirance bizarre que tout le monde (je crois) a pour la tristesse quand elle est belle et pure.
c'est étrange en effet ce côté je me fais du bien avec du mal et si je pleure c'est encore mieux.

bref!

charivarii a dit…

merci pour ce moment musical, si beau
j'aime cette musique et Piazzola en particulier, depuis de nombreuses années
quel musicien, quel homme, quelle âme...

La grande brune. a dit…

Un penchant à la tristesse. Se plaindre reste à la porté de tout le monde. La tristesse c'est plus que ça (avis personnel). C'est le vif qui saisit la mort, un garde fou, un contrepoison autant qu'une ivresse et un abandon...

Magnifique musique. Merci.

Zoridae a dit…

arf,

Oui, c'est étrange mais pas tant que ça. Je crois que ça fait du bien de se laisser aller de temps en temps et si les mots ou la musiques des autres nous y aide, tant mieux. On a même un livre pour enfants sur le sujet, l'histoire de Pomelo, un petit éléphant rose qui a envie d'être triste au printemps...

Charivarii,

oui j'aime aussi Piazziola et cette version avec violoncelles je l'écoute en boucle, je ne m'en lasse pas...

La grande brune,

Un contrepoison ? J'aime cette idée, je crois qu'il y a de ça... Une façon de s'approprier ce qui nous dépasse, ce qui nous fait peur... Merci de ta visite !

Anonyme a dit…

Ah l'adagietto de la 5ème de Mahler, on ne s'en lasse pas !
Duga

jeffanne a dit…

Merci pour cette musique. J'aime beaucoup - énormément Piazzola...
Et si je raffole du violon... je n'exclue en rien le violoncelle sinon Dieu que je m'en voudrais...
apaisant et doux tout cela...

Jeffanne a dit…

Et puis, excuses-moi Zoridaé, je ne viens pas souvent, j'ai du mal à suivre en ce moment mais, à chaque fois j'ai beaucoup de plaisir à te lire....

Zoridae a dit…

Duga,

Bien d'accord avec vous !

Jeffanne,

Le violoncelle est le plus bel instrument pour moi...Enfin je crois ! Merci de votre passage qui me fait très plaisir... Et ne vous excusez par car en ce moment je n'écris pas...

azerty a dit…

A Jeffane
Si vous aimez le violoncelle, je vous conseille le Don Quichotte de Richard Strauss, avec le maitre Rostropovich à l'instrument et Karajan à la tête du Philarmonique de Berlin, excusez du peu. Un enregistrement EMI. Une musique, une orchestration, une interprétation qui révèlent parfaitement le "parcours psychologique" de DQ, l'éxubérance, la folie, le désespoir et la mort. La transition entre toutes ces parties procure une immense émotion. On ne quitte pas cette interprétation sans avoir la gorge un peu nouée. Pour parler le langage de l'époque, c'est du lourd. Dans ce disque également, le Cello concerto de Schumann pour violoncelle Bernstein à la tête de l'Orchestre National de France et toujours Rostro. Que du bonheur.

Duga

jeffanne a dit…

@ Azerty
Merci de m'avoir donné tout ces renseignements et d'avoir su, par des mots, exprimer l'émotion ressentie à l'écoute de ce cd...
Je vais essayer de me le procurer...
A-t-il un titre spécifique ce CD ???
Et que demander de plus puisque j'aime Karajan...

azerty a dit…

Pas de titre spécifique. Apparemment, il fait partie des "Great recordings of the century". Je viens de faire une requête sur Google et je suis tombé dessus du premier coup. Il est en stock chez Amazon.
Karajan, je ne l'aimais pas il y a quelques temps. Peut-être étais-je influencé par ce qu'on dit autour de son personnage. Toujours est-il que c'était un grand professionnel et possédait son art de chef jusqu'au bout des ongles et même de la baguette. Vous le savez surement, il était capable de diriger une symphonie les yeux fermés, au sens propre du terme, sans regarder une seule note. Quand on sait ce qu'est une partition de chef d'orchestre...
Dans un autre genre, Bernstein est aussi un grand. On ne connait pas assez son oeuvre de compositeur si l'on met à part West side sory. Dommage.
Bon achat et bonne écoute.